Des senteurs très artificielles

Des senteurs très artificielles - Anatolla Aniston

Pour mon anniversaire, mon mari Luc m'a offert un superbe parfum. Luc sait à quel point j'adore les senteurs, que ce soit des fleurs, des parfums ou même des désodorisants dans la maison. Sans senteurs autour de moi, c'est comme si je mangeais un plat sans assaisonnement, il me manque quelque chose.

Je ne peux pas compter le nombre de désodorisants différents que j'ai acheté depuis que nous avons aménagé dans notre maison, il y a presque 10 ans. Si vous me voyiez dans ce rayon au supermarché, je suis comme ma fille Laetitia dans un magasin de jouets ! Ou du moins, je l'étais, car depuis plusieurs mois, j'ai cessé d'acheter des désodorisants commerciaux, après avoir vu un reportage concernant les dangers qu'ils représentent pour la santé. Ma fille a tout juste 7 ans et à cause d'elle, je m'intéresse beaucoup plus qu'avant à la protection du milieu dans lequel nous vivons, à commencer, bien sûr, par notre maison. Grâce à ce reportage, j'ai appris à quel point les désodorisants commerciaux étaient nocifs, car ils émettent des toxines qui peuvent provoquer toutes sortes de maladies, allant de l'allergie au cancer. Il ne s'agit pas seulement des aérosols, mais également de la plupart des types de désodorisants vendus dans le commerce. Les senteurs qu'ils dégagent et que j'aime tellement, sont tout à fait artificielles, et sont fabriquées grâce à des produits parfois, très nocifs.

J'utilisais tellement de désodorisants commerciaux, que je pense que c'est un petit miracle que nous soyons, tous les trois, restés en bonne santé. C'est sûr qu'une personne souffrant d'allergies aurait été encore plus malade. Un technicien qui effectuait des tests de qualite de l'air Montreal nous aurait sans aucun doute alarmés, à cause du taux de polluants qu'il aurait mis en évidence. Mais nous n'avons pas eu besoin d'y recourir, car dès que j'ai vu le reportage, j'ai aussitôt débarrassé la maison de tous les désodorisants, et je peux vous dire qu'ils étaient nombreux, du salon à la salle de bain, en passant par la cuisine. Bref, ils étaient dans presque toutes les pièces. Dès que Luc est rentré, il a tout de suite remarqué l'absence de senteur dans la maison et je lui parlé du reportage. Depuis, nous n'utilisons plus du tout de désodorisants. Nous gardons la maison toujours propre, comme auparavant, mais en plus, nous l'aérons beaucoup plus souvent, matin et soir. J'avoue que je n'étais pas certaine de pouvoir me passer de ces senteurs, car j'y étais habituée depuis tant d'années, mais en pensant à tous les produits chimiques toxiques que j'avais fait respirer à ma famille pendant aussi longtemps, je ne les ai pas regrettés une seule minute. Rien ne remplace la fraicheur naturelle !