Le nouveau logement de mes amis

Le nouveau logement de mes amis - Anatolla Aniston

J’avais une salle de bains qui devait absolument être refaite. Avec quelques accessoires, j’avais vu, chez un couple d’amis, que cette pièce avait retrouvé un coup d’éclat. Ils avaient seulement repeint, sans changer la faïence, et l’effet était saisissant, surtout pour moi qui connaissais l’état de la salle de bains avant la réfection. J’avais été impressionné par leur nouveau logement. Il était situé dans un quartier très agréable, et un nouveau système d’inspection camera avait été installée dans leur immeuble. J’étais fasciné par les volumes des pièces, mais j’avais visité l’appartement avant qu’il le remette à neuf. Sale et poussiéreux, il n’avait pas été entretenu, et l’électricité tout comme les circuits d’eau étaient à refaire, sans parler des peintures. En trois mois, ils étaient parvenus à transformer cet endroit peu engageant en un lieu lumineux. J’avais été subjugué par les aménagements astucieux qu’ils avaient réalisés.

Pour séparer la cuisine de leur grand salon, ils avaient mis une cloison vitrée, comme une verrière dans un atelier d’artiste. En fer et en verre, elle permettait de délimiter les espaces sans empêcher la circulation de la lumière. Le salon était dominé par les tons pastel, contrastés par un gigantesque tapis rouge sang. Épais, moelleux, j’adore laisser mes pieds nus s’enfoncer dans cette masse de laine tissée. Une baie vitrée donne sur une terrasse aux proportions impressionnantes. Avec quelques pots de fleurs, mes amis avaient mis de la verdure et leur salon de jardin en rotin participait à l’ambiance campagnarde qu’ils avaient réussi à créer. Mais, surtout, c’était leur salle de bains qui m’avait plu, plus que tout.

Les murs de brique nus étaient mis en valeur par une vasque en porcelaine blanche aux courbes délicates. La tête de douche était noire et son style faisait plus penser à l’œuvre d’un designer qu’à celle d’une collection pour la salle de bains. Un miroir porte-serviettes était posé sur le mur, près de la douche à l’italienne. La place ne manquant pas, une baignoire sur pieds avait été installée dans cette pièce. C’était une invitation à rester longtemps à se laver. J’avais moins de place qu’eux dans cette pièce, mais j’envisageais de mettre une baignoire plutôt qu’une douche. C’est un luxe que j’apprécie beaucoup. J’avais décidé de me lancer dans la peinture, en mettant tout d’abord un apprêt et en passant une couche d’enduit sur mon carrelage. J’avais tout prévu et les travaux devaient commencer le weekend prochain.