Un monde à l’envers

Un monde à l’envers - Anatolla Aniston

Que se passe-t-il dans ce monde pour qu’on soit rendus là ?  Oui, le monde est à l’envers.  Il y a tant de problèmes et d’injustices qu’on doit se demander ce que les gens pensent pour fermer les yeux sur autant de souffrance.  Par exemple, est-ce normal de s’inquiéter des taches brunes peau, des rides aux coins des yeux, et des vergetures qui nous incommodent, quand il y a des enfants qui crèvent de faim, des femmes qui se font battre sans relâche, et des inondations qui laissent des gens dans le besoin ?

Une femme de Sherbrooke tente d’aider les femmes du Cameroun.  Elle vient de ce pays elle aussi, et connaît bien la situation de celles qui ont choisi de rester là, soit à cause de leurs finances, soit parce qu’elles ne veulent pas vraiment quitter leur pays d’origine.  Par contre, il y a un manque de justice qui doit être réglé, ou du moins, témoigné pour ensuite être dénoncé.

Cette femme a déjà mis une annonce pour commencer à chercher de l’aide pour une jeune femme qui est mariée depuis deux ans.  La dot s’élevait à environ $6,000 en plus d’une liste assez longue de nourriture et d’animaux de ferme.  Mais, le problème qu’elle vit est en lien avec son mari : celui-ci ne cesse de la battre.  Elle vit un véritable cauchemar, et elle ne sait pas quoi faire pour s’en sortir.

J’ai décidé de voir si je pouvais trouver des idées pour venir en aide à cette femme sans recours.  Puisqu’il n’y a pas de centres pour femmes battues qui vont réellement faire quelque chose de concret pour tenter d’arrêter la situation, j’ai demandé si la famille pouvait intervenir.  Ce n’est malheureusement pas le cas ; si la femme quitte son mari, la famille doit lui remettre la dot au complet.  Dans l’esprit des hommes de ce pays, quand ils ont payé leur dot, la femme en question leur appartient.  Donc, si elle retourne à sa famille, ses parents auront une dette envers l’ancien époux.

Je me suis dit, alors, que de l’aide du niveau international pourrait être utile.  Je ne crois pas qu’Amnistie International pourrait faire quelque chose, vu qu’ils protègent généralement ceux et celles qui sont des prisonniers condamnés sans jugement.  Par la suite, Oxfam pourrait être interpellé pour dénoncer cette violence, mais je ne sais pas s’ils ont le pouvoir d’intervenir et sortir la femme de sa situation.